Souvent malme­nées, les règles typo­gra­phiques de la ponc­tua­tion française sont pour­tant un élément essen­tiel d’une lecture agréable. Depuis des années, je vois passer des textes où tout semble permis. Pour­tant ces règles sont simples et agréables à utili­ser.

Avant d’at­taquer la ponc­tua­tion, il faut iden­ti­fier et comprendre les espaces. Il en existe trois diffé­rentes, du moins prin­ci­pales le cadra­tin, le demi–­ca­dra­tin, l’es­pace super fine, etc. :

1. L’es­pace justi­fiante : C’est l’es­pace normale. On la nomme justi­fiante, car elle sert de variable d’ajus­te­ment lorsque le texte est justi­fié — c.à.d. le texte est disposé de façon à occu­per tout la largeur d’une colonne ou d’une surface.
Parfois, sur un texte mal réglé, ça ressemble à la guerre des tran­chées de 1914–1918 telle­ment les espaces entre les mots sont larges et disgra­cieux. Dans le jargon des graphistes, nous appe­lons ça un gris typo­gra­phique avec des rigoles (ou lézardes) qui sont parfois des rivières, voir des fleuves. Bref ce n’est pas beau et surtout ça complique, ralen­tit  la lecture. Il n’y a pas de recette miracle pour régler le gris typo, seule­ment une inter­ac­tion entre la gestion des césures, le choix de police de carac­tère typo­gra­phique, la largeur de la colonne de texte justi­fié et les options de justi­fi­ca­tions… mais c’est autre sujet qui sera peut-être ouvert dans ces parages. Mais reve­nons à nos moutons

Pour obte­nir une espace justi­fiante dans toutes les appli­ca­tions, il suffit d’ap­puyer sur la barre d’es­pace du clavier.

2. L’es­pace insé­cable : C’est une espace qui reste soli­daire entre deux mots ou deux chiffres, comme s’ils n’étaient pas coupés. Par exemple « le 24 janvier », on utili­sera une espace insé­cable entre le 24 et janvier. L’es­pace insé­cable est prin­ci­pa­le­ment utili­sée avec la ponc­tua­tion comme vous le verrez plus bas.

Pour créer une espace insé­cable sur Mac (désolé pour les PC repor­tez-vous aux aides respec­tives de vos appli­ca­tions) :
• InDe­sign : alt + cmd + X
• XPress : cmd + espace
• Word : ctrl + Maj tempo­raire (shift) + espace

3. L’es­pace fine : cette espace est grosso modo l’équi­valent de la moitié d’une espace justi­fiante ordi­naire. Une espace fine est dans 99 % des cas utili­sée aussi comme insé­cable. L’es­pace fine est aussi toujours asso­ciée à la ponc­tua­tion.

Pour créer l’es­pace fine sur Mac (une fois de plus pas de chance pour les utili­sa­teurs et défi­ni­ti­ve­ment, je ne comprends rien aux PC) :
• InDe­sign CC :

Espace fine insé­cable : cmd + alt + Maj tempo­raire (shift) + M
ATTENTION : dans InDe­sign, l’es­pace fine est toujours insé­cable.
• XPress :
Espace fine : “alt + majus­cu­le” + espace
Espace fine insé­cable : “cmd + alt + majus­cu­le” + espace
ATTENTION : il faut s’as­su­rer que dans les préfé­rence de carac­tère du logi­ciel l’op­tion cadra­tin stan­dard soit bien cochée.

Tableau des règles typo­gra­phiques de la ponc­tua­tion française :

Avant   Après
Pas d’es­pace Virgule Une espace justi­fiante
Pas d’es­pace Point final Une espace justi­fiante
Une espace fine insé­cable Point virgule Une espace justi­fiante
Une espace fine insé­cable Point d’ex­cla­ma­tion Une espace justi­fiante
Une espace fine insé­cable Point d’in­ter­ro­ga­tion Une espace justi­fiante
Une espace insé­cable Deux points Une espace justi­fiante
 Une espace justi­fiante  Tiret Une espace justi­fiante
Une espace justi­fiante Guille­met ouvrant   Une espace insé­cable
Une espace insé­cable Guille­met fermant Une espace justi­fiante
Une espace justi­fiante Petit guille­met ouvrant Pas d’es­pace
Pas d’es­pace Petit guille­met fermant Une espace justi­fiante
Une espace justi­fiante  Paren­thèse ou crochet ouvrant Pas d’es­pace
Pas d’es­pace  Paren­thèse ou crochet fermant Une espace justi­fiante
Pas d’es­pace Points de suspen­sion fermants Une espace justi­fiante
Une espace justi­fiante Points de suspen­sion ouvrants Une espace fine insé­cable
Pas d’es­pace Points ellip­tiques entre crochets […] Pas d’es­pace
Une espace insé­cable Arith­mé­tique (+ – × ÷ =, etc.) Une espace insé­cable
Une espace justi­fiante Asté­risque placé avant  Une espace fine insé­cable
Une espace fine insé­cable Asté­risque placé après Une espace justi­fiante
Pas d’es­pace Barre oblique dans les symboles “/” Pas d’es­pace
Une espace justi­fiante Barre oblique pour oppo­si­tion ou traduc­tion Une espace justi­fiante
Pas d’es­pace Deux points pour les heures numé­riques “08:00” Pas d’es­pace
Une espace fine insé­cable Pour­cen­tage % Une espace justi­fiante
Une espace insé­cable Symbole de l’heure “8 h 15” Une espace insé­cable
Une espace insé­cable Symbole moné­taire “€, $, £, etc.” Une espace justi­fiante
Une espace insé­cable Symbole d’unité “cm, m, l, kg, etc.” Une espace justi­fiante
Une espace insé­cable Numéro de télé­phone 00 00 00 00 00 Une espace insé­cable
Pas d’es­pace Trait d’union Pas d’es­pace
Une espace fine insé­cable Quan­tité : chiffres par groupe de trois “2 000” Une espace fine insé­cable
Pas d’es­pace Virgule de déci­male Pas d’es­pace
Pas d’es­pace Point de déci­male Pas d’es­pace

Au sujet des points de suspen­sion : ATTENTION ! Pour faire le signe du point de suspen­sion, il ne faut pas taper trois fois sur la touche point de votre clavier, car le résul­tat serait une faute typo­gra­phique « , mais il faut taper la combi­nai­son de touche Alt + . (point). Vous obser­ve­rez que vous obte­nez le véri­table signe typo­gra­phique des points de suspen­sion.

Ceci dit, je trouve régu­liè­re­ment dans les textes qu’on m’en­voie d’autres fautes d’em­plois de la ponc­tua­tion (je mettrai ce para­graphe à jour au gré de mes trou­vailles) : 

Le point d’ex­cla­ma­tion : Un seul point d’ex­cla­ma­tion suffit. Pas la peine d’en mettre trois ou douze ! L’ef­fet est contre-produc­tif.

Le point d’in­ter­ro­ga­tion : idem que pour le point d’ex­cla­ma­tion, un seul suffit !

Le mélange de points d’ex­cla­ma­tions et d’in­ter­ro­ga­tions : souvent je croise des « ?!? » ou des !?! ou encore des !!!???!!!… Jusqu’à preuve du contraire ces combi­nai­sons n’existent pas.

Les numé­ros de télé­phone : on peut trou­ver de tout, pour­tant la règle typo­gra­phique est simple. Il faut juste des espaces insé­cables entre les chiffres qui composent le numéro. Exemple : 01 02 03 04 05. Donc placer des points entre les chiffres est une erreur.

Les guille­mets : Nous abor­dons une règle déli­cate. Il faut déjà distin­guer deux types de guille­mets.
1. les guille­mets pour les cita­tions ou les dialogues : « »
On place un guille­met ouvrant à chaque début de cita­tion, puis à chaque alinéa (s’il y en a) jusqu’au point final qui sera suivi d’un guille­met fermant. ATTENTION ! Si la cita­tion n’est pas une phrase indé­pen­dante, le point final doit se placer à l’ex­té­rieur du guille­met fermant. À contra­rio, si la cita­tion est une phrase indé­pen­dante le point doit se situer avant le guille­met fermant.

2. Les guille­mets pour les cita­tions incluses et – ou – les pour les mots à faire ressor­tir : “ ” aussi appe­lée “petits guille­mets”.
Les petits guille­mets sont à utili­ser pour mettre un mot ou un groupe de mots en évidence par rapport au reste de la phrase dans le but de signi­fier soit un doute ; soit une ironie (sic) ; soit un langage décalé ; soit une expres­sion parti­cu­lière qui serait hors contexte dans cette phrase. Ils peuvent aussi être utili­sés pour placer une cita­tion incluse dans une autre cita­tion.


Sources : 
Le Ramat typo­gra­phique par Aurel Ramat, publié aux éditions Charles Corlet – ISBN : 2–85480–468–6
Lexique des règles typo­gra­phiques en usage à l’Im­pri­me­rie natio­nale, édité par Impri­me­rie natio­nale – ISBN : 978–2–7433–0482–9


Mise à jour du 2 mars 2017 pour remer­cier Maxime Gomes Correia alias SpleenRain pour ses remarques perti­nentes qui améliorent l’ar­ticle.

Si vous remarquiez d’autres erreurs dans l’ar­ticle, ne vous privez surtout pas de me les signa­ler. Il en est de même pour les manques et oublis…

 

14 Comments | Commentaires

  • Benj

    Bonjour, il existe une combi­nai­son pour le ! et le ?, ce carrac­tère s’ap­pelle le point exclar­ro­ga­tif (ou inter­ro­bang en anglais).
    Voici sa repré­sen­ta­tion ‽.
    Très bon article, ceci dit, il est vrai que l’on en voit des vertes et des pas mûrs dans les textes four­nis par les clients.

  • Patricia Royer

    Bravo et merci pour cet article ! Très clair, très bien fait, article de réfé­rence. Rassu­rant de voir que l’on est quelques-un à s’at­ta­cher à ces petits signes !

    • Estève Gili

      Je serais même parti­san d’une inté­gra­tion de l’ap­pren­tis­sage de ces règles dans le cursus secon­daire pour lutter contre cette forme d’ap­pau­vris­se­ment de l’écri­ture.

  • Angeleb

    Mais comment se fait-il que sur un site aussi riche que le vôtre,
    les césures soient aussi malve­nues? Je préfère aller à la ligne plutôt que de voir un mot coupé n’im­porte comment? exemple:
    prom
    ener
    Quel est donc votre programme pour faire de si vilaines choses?
    Bien cordia­le­ment et merci pour le fond si ce n’est pour la forme.

    • Estève Gili

      Estève Gili Post author 07/04/2015 at 14 h 25 min
      Merci, Ange­­leb pour ce commen­­taire si perti­nent. J’ai écrit cet article en ne pensant qu’à l’édi­­tion impri­­mée et non à l’édi­­tion web. La gestion des césures en parti­­cu­­lier et des règles typo­­gra­­phiques françaises en géné­­ral est un vrai problème de Word­­press (qui est le moteur de mon site). Word­­press applique les règles de césures anglo-saxonnes et pas parfai­­te­­ment en plus. Se greffe dessus le problème de la mise en page liquide (adap­­ta­­tive aux diffé­­rents formats d’écrans et de maté­­riels) ce qui n’ar­­range rien. À ma connais­­sance, rares sont les plug-ins permet­­tant une gestion globale de ces règles, et inexis­­tants sont ceux permet­­tant une gestion précise. Je teste en ce moment le plug-in typofr écrit par Boris Scha­­pira qui propose le mini­­mum vital, c’est déjà très bien.

      Le fait d’al­­ler à la ligne n’ap­­porte aucune solu­­tion, car il faut aussi anti­­ci­­per la lecture sur smart­­phone et tablette et éviter les orphe­­li­­nes…

      Je ne peux pas récla­­mer de la part de Word­­press et de l’af­­fi­­chage dans chaque navi­­ga­­teur la même préci­­sion que lorsque je réalise un docu­­ment dans un logi­­ciel de publi­­ca­­tion assisté par ordi­­na­­teur. Tout du moins pas encore. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’un jour nous pour­­rons régler une mise en page correc­­te­­ment et appliquer les règles de la typo­­gra­­phie française sans la moindre diffi­­culté, mais ce n’est pas encore d’ac­­tua­­lité à ce jour.

  • PRE

    Merci mais la combi­nai­son de signes peut poser quelques problèmes.
    Ex : comment écrire :
    Il y aurait encore beau­coup à dire ..!
    ou Il aurait encore beau­coup à dire …!
    Je pense que c’est la 1ère solu­tion, mais je ne suis pas sûre.

     » Lire c’est vivre en pleine lumière. »
    ou (cita­tion)  » Lire c’est vivre en pleine lumière « .
    Je pense à la 1ère solu­tion.

    Merci pour votre aide.

    • Estève Gili

      Bonjour Pre,
      Merci pour ton commen­taire.
      Pour la combi­nai­son de signes, person­nel­le­ment je ne pratique pas les points de suspen­sion avec le point d’ex­cla­ma­tion et si je devais le faire les règles de base s’ap­plique­raient : il y aurait beau­coup à dire… ! (une espace insé­cable entre les points de suspen­sion et le point d’ex­cla­ma­tion).
      La seconde ques­tion n’est pas, à propre­ment parler, une combi­nai­son de signe, mais une règle typo­gra­phique qui est un peu casse-pied. Si la phrase entière est une cita­tion, le point doit être placé à l’in­té­rieur des guille­mets : « Lire c’est vivre en pleine lumière. »
      Si la cita­tion est incluse dans une phrase (et la termine bien sûr) il faut mettre le point en dehors des guille­mets : Platon a dit : « Lire c’est vivre en pleine lumière ».
      Mais le mieux pour toi est de faire l’ac­qui­si­tion d’un des deux bouquins qui sont signa­lés à la fin de l’ar­ticle.
      Bon courage 🙂

    • Estève Gili

      Bonjour Clément,
      Les petits guille­mets (appe­lés à tort guille­mets Anglais, sont dénom­més ainsi dans le cadre des règles typo­gra­phiques françaises) sont ceux que l’on peut utili­ser par exemple pour inclure une cita­tion qui est déjà dans une cita­tion… C’est un usage rela­ti­ve­ment rare.

  • adion

    Revoir la phrase : « Les guille­­mets pour les cita­­tions incluses ou les pour les mots à faire ressor­­tir ».

Write a comment | Écrire…